Forum du site www.grecomania.net consacré à la Grèce


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  www.grecomania.netwww.grecomania.net  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Skopje lance la guerre des images contre la Grèce

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1528
Age : 42
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Skopje lance la guerre des images contre la Grèce   Mer 2 Avr - 22:17

Skopje lance la guerre des images contre la Grèce

[infogrece] • Publié le 01 avril 2008 à 21:35:39 CEST


La croix grecque transformée en croix gammée par un artiste qui visiblement ignore tout de l'histoire régionale est l'ultime provocation de Skopje envers la Grèce.

A trois jours de la réunion critique de l'OTAN à Bucarest, Skopje, qui joue son invitation à rejoindre le club atlantique et à bénéficier des substantielles retombées, a choisi la voie de la provocation envers la Grèce, qui lui reproche d'usurper le nom de Macédoine, en accrochant sur les panneaux publicitaires de la ville, des drapeaux grecs où la croix est transformée en croix gammée nazi !
Après une telle provocation, la Grèce pourrait bien ne plus avoir à exercer son droit de veto, le pays voisin ayant sabordé lui-même tous les efforts d'un dialogue constructif et, en toute logique, il ne devrait pas recevoir d'invitation à joindre l'OTAN lors de la rencontre de Bucarest. Les Etats-Unis et l'Allemagne, parmi les plus fervents soutiens de l'invitation, pourraient réviser leur position après cet incident et renvoyer l'examen de la candidature de la FYROM à une prochaine rencontre.

L'affiche publicitaire en question montre le drapeau grec barré de la croix gammée et fait partie de l'annonce d'une exposition de photos de l'artiste local Atanas Botev au centre culturel de Skopje du 3 avril au 3 mai. Etant donné l'ampleur de la publicité et la taille des panneaux publicitaires loués pour une simple exposition photo, il est clair qu'une telle campagne n'aurait pu avoir lieu sans le soutien du gouvernement Fyromien.
L'ambassadrice de Grèce en FYROM, Alexandra Papadopoulou, sur les directives du ministère des Affaires étrangères de Grèce a procédé dès dimanche soir à une démarche de protestation auprès du ministère des Affaires étrangères de la FYROM au sujet d'affiches qui ont été collées dans les rues de Skopje. L'ambassadrice a souligné que de telles affiches insultent le symbole national de la Grèce, et a exigé que celles-ci soient retirées immédiatement.
La démarche de protestation de la Grèce rappelle notamment que les luttes de la Grèce contre le fascisme et le nazisme ne sont mises en doute par personne et que de telles actions constituent un obstacle dans la promotion et le développement des relations de bon voisinage dans la région.
Jusqu'à présent le gouvernement de Skopje n'a pas réagi.
"L'affiche inadmissible, l'oeuvre d'une initiative privée, collée dans les rues de Skopje, est une insulte directe au symbole national de notre pays et à sa lute contre le fascisme et le nazisme", a dit également depuis Athènes, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Georges Koumoutsakos.
"Ce fait montre combien se trompent grandement tous ceux qui investissent dans le nationalisme et la haine. Il est prouvé encore une fois la justesse de la position de la Grèce, selon laquelle la condition indispensable pour construire des relations d'alliance et de solidarité est le respect réel des relations de bon voisinage entre les pays et les peuples", a ajouté M. Koumoutsakos.
Le porte-parole du gouvernement, Théodore Roussopoulos, a, quant à lui, commenté l'affaire lors de son habituel point de presse lundi matin. D'emblée, M. Roussopoulos a déclaré que les positions du gouvernement grec au sujet de l'appellation de la FYROM sont claires et n'admettent aucune sorte d'interprétation ; elles bénéficient du soutien de la plupart, sinon de toutes les forces politiques grecques et ont été développées à maintes reprises par le premier ministre, Costas Caramanlis.
"Nous avons tout mis en oeuvre pour convaincre nos voisins qu'ils doivent faire un pas dans la direction d'une solution. Toutefois, nous ne sommes pas disposés à faire des concessions au-delà de celles que nous avons déjà faites", a précisé M. Roussopoulos, ajoutant que nos positions sont connues de tous.
M. Roussopoulos a rejeté l'éventualité d'une invitation adressée par l'OTAN à la FYROM sous "certaines conditions", soulignant que "rien de tel ne ressort des positions publiques du premier ministre", tandis qu'interrogé si la Grèce résistera à l'isolement, du fait que les Etats-Unis, l'Allemagne et d'autres pays se sont déjà prononcés en faveur de l'adhésion de la FYROM à l'OTAN, M. Roussopoulos a précisé que la Grèce progressera sur la base du droit, pour l'histoire de la région, pour la création de conditions permettant une réelle amélioration des relations entre les pays voisins au sein des Balkans.
Interrogé quant à l'éventualité d'une invitation de l'OTAN au pays voisin sous l'appellation de FYROM, ainsi que le précise l'accord intermédiaire, M. Roussopoulos a rappelé qu'il existe des mentions très claires dans cet accord sur les relations de bon voisinage.

Bakoyannis: Pas de règlement, pas d'invitation
"La politique étrangère grecque a un objectif, normaliser complètement ses relations avec Skopje sur la base d'un règlement accepté mutuellement sur l'appellation du pays. Jusqu'à présent nous avons dit et nous sommes totalement clairs que les relations alliées ne peuvent être construites en l'absence de relations de bon voisinage", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Dora Bakoyannis, répondant à une réflexion de la presse que le président Bush estime que "l'élargissement de l'OTAN doit se poursuivre" et que son homologue américaine, Condoleezza Rice, serait contrariée de son tout récent entretien téléphonique avec son homologue grecque. Mme Bakoyannis a ajouté "pas de règlement signifie pas d'invitation".
Interrogée si l'adhésion de Skopje à l'OTAN est planifiée sous l'appellation de "FYROM", Mme Bakoyannis a noté avoir "déjà répondu à cette question" et rappelé que "la Grèce veut un règlement accepté en commun sur l'appellation du pays, car c'est ce que nous considérons être une base pour des relations alliées". Mme Bakoyannis a également évoqué "les provocations et expressions d'intolérance de dimanche à Skopje qui n'aident nullement le pays à devenir un allié, au contraire elles confirment la position grecque".

Milososki condamne les affiches insultant le drapeau grec
Le ministre des Affaires étrangères de la FYROM, Antonio Milososki, dans des déclarations à l'ANA-MPA et à la radio-télévision publique grecque (ERT), a exprimé "sa profonde peine" au sujet du collage d'affiches insultantes pour le drapeau grec dans les rues de Skopje.
"Il s'agit d'un événement particulièrement malheureux qui survient à un moment particulièrement critique", a-t-il affirmé.
M. Milososki a encore déclaré avoir discuté avec le chef du bureau de liaison de la Grèce en FYROM, Alexandra Papadopoulou, lui faisant part de son affliction au sujet de cet incident, ajoutant en grec "nous étions amis et nous le resterons".
M. Milososki a également qualifié la teneur des affiches insultantes "d'abus de la liberté d'expression", ajoutant que "la Grèce et la FYROM ont des luttes en commun contre le nazisme et le fascisme qui ont compté de nombreuses victimes. Nous ne devons pas permettre de tels actes inacceptables".
Toutefois, les affiches qui annoncent une exposition de photos du 3 avril au 3 mai au Centre culturel et d'information de Skopje n'ont toujours pas été retirées après les déclarations de M. Milososki.

L'ambassade des Etats-Unis juge "offensante" l'affiche publicitaire de Skopje
Un communiqué lundi de l'ambassadeur des Etats-Unis à Athènes, Daniel Speckhard, condamne l'affiche de l'exposition de photos à Skopje figurant le drapeau grec, qui porte dans un carré en haut et à gauche la croix gammée, la jugeant "offensante pour les Grecs et tous ceux qui ont souffert du fascisme et du nazisme pendant la 2e Guerre mondiale".
L'ambassadeur américain conclut dans son communiqué en se félicitant des communiqués officiels de Skopje, qui "dissocient le gouvernement de tels symboles visuels ou parlés".
i-GR/ANA-MPA
Revenir en haut Aller en bas
http://www.grecomania.net
yza
Incontournable
Incontournable


Féminin
Nombre de messages : 109
Localisation : Franche-comté France
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: Skopje lance la guerre des images contre la Grèce   Jeu 3 Avr - 22:28

Je suis CHOQUEE de voir cet insigne sur le drapeau Grec...
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1528
Age : 42
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: Skopje lance la guerre des images contre la Grèce   Ven 4 Avr - 13:06

J'avais d'abord pensé à un poisson d'avril mais c'est trop gros... Moi aussi ça a failli me mettre hors de moi !

Je suis content, la FYROM ne rentre pas dans l'OTAN !

A propos de ces deux sujets, lire aussi cette info : http://grecomania.forumactif.org/actualite-de-la-grece-f26/veto-de-la-grece-a-l-adhesion-de-skopje-a-l-otan-t299.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.grecomania.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Skopje lance la guerre des images contre la Grèce   

Revenir en haut Aller en bas
 
Skopje lance la guerre des images contre la Grèce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Noëls de Guerre" à Compiègne du 27 nov au 31 janv 2011
» Contre la dictature du chocolat en Côte d'Ivoire !
» Du nord de la Grèce
» Chiottes de la 2ème guerre....
» LA TURBIE près de Nice Guerre à la contrefaçon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du site www.grecomania.net consacré à la Grèce :: Actualité :: Archives :: Archives politique-
Sauter vers: