Forum du site www.grecomania.net consacré à la Grèce


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  www.grecomania.netwww.grecomania.net  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Et Chypre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KALIMERA
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Age : 43
Localisation : Aulnois sous Laon - France
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Et Chypre ?   Mar 17 Fév - 23:09

Et Chypre??? Chypre est grecque??? Il existe pourtant un gouvernement Chypriote??

(Je ne parle pas de la partie Turque... pa Glop...)

Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
http://kalimera1.skyrock.com/
Admin
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1528
Age : 41
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: Et Chypre ?   Mar 17 Fév - 23:15

Chypre n'est ELLAS pas grecque...
Les Turcs ont envahit l'île lorsque les Chypriotes ont voulu le rattachement... Il y a plus de 30 ans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.grecomania.net
KALIMERA
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 414
Age : 43
Localisation : Aulnois sous Laon - France
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Et Chypre ?   Mar 17 Fév - 23:18

Admin a écrit:
Chypre n'est ELLAS pas grecque...
Les Turcs ont envahit l'île lorsque les Chypriotes ont voulu le rattachement... Il y a plus de 30 ans.

Hellas pas Grecque plutôt Exclamation

Il flotte pourtant des drapeaux grecs à Chypre?
Revenir en haut Aller en bas
http://kalimera1.skyrock.com/
Admin
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1528
Age : 41
Localisation : Bruxelles (Belgique)
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: Et Chypre ?   Mar 17 Fév - 23:21

En anglais c'est avec H tandis qu'en grec... sans ! ;-)

Je pense que c'est parce qu'ils se sentent proches mais aussi pour narguer les envahisseurs.

Il y a bien aussi en permanence un drapeau grec à une maison bruxelloise... ;-)

Gérald
www.grecomania.net
Revenir en haut Aller en bas
http://www.grecomania.net
jack
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 06/10/2010

MessageSujet: Re: Et Chypre ?   Lun 23 Jan - 21:31

bonjour
Chypre ,sujet toujours a l'ordre du jour..voici un petit condensé d’histoire que j’espère objectif..mais l'histoire est encore proche, la désinformation, la propagande ont été importantes des deux cotés , les rancunes sont tenaces,même l'instruction dans les écoles n'a pas été neutre, par exemple ,il y a quelques années (je ne sais pas actuellement), dans les livres d'école grecs Chypre , bien qu'indépendante figurait sur la carte de la Grèce ( un peu comme si la Belgique ou la suisse figuraient sur la carte de la France )

18 eme et 19 eme siecle
Des milliers de musulmans ont été amenés sur l île immédiatement après la conquête ottomane. Au XVIIIe siècle, l'archevêque orthodoxe a été fait responsable de la collecte des impôts
Pour les sultans Chypre était une province sans importance ; ses gouverneurs ont été indolents, inefficace, quelque peu oppressive et corrompu. Il y a eu des soulèvements turques en 1764 et 1833, et en 1821.
L’archevêque orthodoxe a été pendu sur suspicion de sympathie avec les rebelles en Grèce continentale. Divers proclamations impérial du Sultanat dont la réforme du XIXe siècle n'a pas eu d'effet à Chypre,
La convention de Chypre de 1878 entre la Grande-Bretagne et la Turquie prévoit que Chypre, tout en restant sous souveraineté turque, devrait être administrée par le gouvernement britannique. La Grande-Bretagne en occupant Chypre visait à sécuriser une base de la Méditerranée orientale pour les opérations possibles dans le Caucase ou la Mésopotamie dans le cadre de la garantie britannique pour sécuriser possessions asiatique du sultan des vues de la Russie.

En 1915
Grande-Bretagne avait fait une offre de transférer le île à la Grèce, à condition que Grèce s'acquitter de ses obligations traité vers la Serbie lors de ce pays a été attaqué par la Bulgarie ; le gouvernement grec refuse et l'offre n'est pas renouvelée.
En 1931 la demande « d'enosis » conduit à des émeutes à Nicosie.

Le mot Énosis signifie « union » en grec.
l’Énosis était le but de « la Grande Idée » en général : unir à la Grèce les différentes régions considérées comme grecques. Au tournant des XIXe et XXe siècles, le but de l'Enosis était ainsi le rattachement de la Crète.


1940/45 Chypre est peu atteinte par la seconde guerre mondiale, hormis quelques raids aériens.
En 1947 le gouverneur, conformément à la déclaration du parti travailliste britannique sur la politique coloniale, publie des propositions pour une plus grande autonomie. Ils sont été rejetées en faveur du slogan "enosis et enosis uniquement.

La lutte contre les Anglais
En 1955 Georgios Grivas lieutenant-colonel (appelé Dighenis), un chypriote qui avait servi comme officier dans l'armée grecque, (guerre civile en gréce contre les communistes) commence une campagne concertée pour l’enosis.
Il crée une Organisation de lutte EOKA (Elle fut active de 1955 à 1959. Pendant ces 4 ans, elle employa des méthodes de guérilla.)
Elle est organisée par le col. Grivas avec le soutien de Makarios III , Archevêque orthodoxe de Chypre.
Sa campagne armée, commencé au début de 1955, atteint un point culminant en 1956, avec l'exil de Makarios pour les Seychelles et l'épuisement temporaire des forces britanniques dans le île en raison de la Crise de Suez .
En 1956 le Juriste britannique Lord Radcliffe, entre autres, a proposé l'autonomie gouvernementale, mais toutes les propositions sont rejetées, et les attaques continuent
Au début de 1957, cependant, une armée britannique renforcée renouvelle les attaques sur la montagne et les cachettes de l'EOKA. La violence est en partie résorbée après la mise en détention en exil de Makarios,
En 1957, les Nations Unis prirent la décision d’établir un Etat indépendant de Chypre
mi-1958, qu'il y a une augmentation des hostilités l’ EOKA affronte les guérilleros chypriotes turcs. , la minorité chypriote turque, dirigée par Fazıl Kutchuk, s'alarme et demande soit la rétrocession à la Turquie soit une partition
Les opinions publiques en Grèce et en Turquie appuient respectivement leurs deux communautés cela est suivi émeutes et des résidents grecs sont expulsés de Turquie.
En 1958 Makarios annonce qu'il accepterait l'indépendance de Chypre plutôt que l’ enosis
Le 11 février 1959 un accord est conclu entre les représentants turcs et grecs à Zurich et approuvé par les communautés chypriotes et turques et ratifié en 1960 à Londres
Le Traité signé par les britanniques, grecques et turques protégeait aussi les droits des chypriotes turcs.
16 août 1960. La république de Chypre actuelle obtient son indépendance du Royaume-Uni Celui-ci conserve jusqu'aujourd'hui deux bases souveraines dans le Sud et l'Est de l'île où sont stationnés près de 4 200 soldats

Extrait de l’accord
Article 1
La République de Chypre s'engage à assurer le maintien de son indépendance, de son intégrité territoriale et de sa sécurité, aussi bien que le respect de sa constitution. Elle s'engage à ne pas participer, dans son tout ou ses parties à aucune politique ou économique avec aucun Etat. Dans ce but, elle prohibe toute activité qui tende à promouvoir directement ou indirectement soit une telle union, soit la partition de l'île.
Article 2
La Grèce, le Royaume-Uni et la Turquie, en tenant compte des engagements pris par la République de Chypre dans l'article 1, reconnaissant et garantissent l'indépendance, l'intégrité territoriale et la sécurité de la République de Chypre, et également les dispositions des articles fondamentaux de la Constitution.
Ils s'engagent pareillement à prohiber dans la mesure de leur pouvoir, toute activité ayant l'objet de promouvoir directement ou indirectement soit l'Union de la République de Chypre avec tout autre Etat, soit la partition de l'île.
Article 3
Dans le cas de toute violation des dispositions du présent Traité, la Grèce, le Royaume-Uni et la Turquie s'engagent à se consulter ensemble en vue de lancer des démarches ou de prendre les mesures nécessaires pour assurer le respect de ces dispositions. Dans la mesure où une action commune ou concentrée serait impossible, chacune de ces trois puissances garantes réserve le droit d'intervenir dans le seul but de rétablir l'état des choses crée par le présent Traité.


Mars 1959, EOKA est dissoute.

L’indépendance
Makarios
Il fut élu président de la République de Chypre le 13 décembre 1959 et prit ses fonctions le 16 août 1960 à l'indépendance de Chypre avec Fazil Küchük, un Chypriote turc, comme vice-président.
Réélu en 1968 et 1973, il resta en fonctions jusqu'à sa mort, sauf pendant une brève période en 1974 quand il fut déposé par un coup d'État militaire soutenu par la junte au pouvoir en Grèce.
Bien que Chypre eût été admise dans le Commonwealth en mars 1961, Makários participe en septembre de la même année à la conférence des pays non-alignés à Belgrade.
Alors que son mandat était sur le point de s'achever en 1965, il fut étendu jusqu’à 1968. À cette époque, les États-Unis le considéraient comme le « Castro de la Méditerranée » en raison de similarités idéologiques supposées avec le dirigeant cubain.
Makários fut de nouveau élu aux élections de 1968 avec 97 % des votes. Tout en déclarant l' enosis (rattachement à la Grèce) souhaitable, il fit campagne pour le maintien de l'indépendance de Chypre, à l'inverse de son adversaire, le psychiatre Tákis Evdókas, partisan de l' enosis.

le coup d'état
En 1971 Grivas, qui avait servi pour un temps comme commandant de la garde nationale de Chypriotes est rappelé par le gouvernement grec. Il revient secrètement à Chypre et crée EOKA B, (1971–1974) C’est une organisation avec une idéologie nationaliste de droite,
en réponse à l'écart du président Makarios contre la politique d'enosis. Les éléments nationalistes grecs et la junte avaient été fâchés par le rejet d'enosis en 1959 et indigné lorsque président avait réaffirmé cette position sur sa réélection en 1968.
L'organisation est communément considérée comme une organisation terroriste dans des pays tels que le Royaume-Uni car elle est engagée dans le bombardement des campagnes et les forces de police.
Cette terminologie a été partagée par le Président Makarios pour son discours à l'ONU
Janvier 1974, mort de Grivas, La nouvelle direction de EOKA-B est de plus en plus sous le contrôle direct et l'influence de la junte militaire à Athènes.
Makarios (alors président de Chypre) interdit officiellement EOKA B en Avril 1974
En 1974, la junte militaire au pouvoir en Grèce qui espérait remplacer Makários par un président favorable à l'enosis profita de la mort du Général Grivas pour organiser et réaliser un coup d'État à Nicosie mettant au pouvoir Níkos Sampsón.
Le 15 juillet 1974 la garde nationale dirigée par des officiers grecs lance un coup d’État avec l'aide du groupe armé de l'EOKA B (à ne pas confondre avec l'EOK A ) qui souhaitait réaliser l'Enosis,
Le 19 juillet 1974, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, Makários accuse la Grèce de mener une invasion de Chypre.
Cette accusation d'invasion donna à la Turquie un prétexte, légitimé par le « Traité de garantie art 3», pour envahir à son tour le nord de l'île en août
ce fut l'Opération Attila (invasion de l’ile par les Turcs)

l'occupation
200 000 Chypriotes sont contraints à l’exode entre 1974 et 1975, chassés du territoire occupé par la Turquie.
Les Turcs sont forcés de s’installer au Nord en 1975 à la demande de leur leader Rauf Raif Denktaş, (pourparlers à Vienne Autriche).
En décembre 1974, Makários revint dans une île de Chypre divisée et reprit ses fonctions
Le 13 février 1975, se met en place l'« État fédéré turc de Chypre » qui n'est reconnu que par la Turquie.
En 1977, Makaris signa avec le dirigeant chypriote turc Rauf Denktaş une résolution qui prévoyait une fédération bi-communautaire et bi-zonale pour l'avenir de Chypre.
Makários mourut le 3 août 1977.
En 1983, la partie turque devient la « République turque de Chypre du Nord ». L'ONU a désapprouvé cette occupation dans sa résolution 541 du 18 novembre 1983. L’UNFICYP prend le contrôle de la ligne verte et fait respecter le cessez-le-feu. La Turquie mène alors, à l'instar des politiques ottomanes de déplacement massif de populations, des campagnes successives d'émigration forcée vers la partie occupée de Chypre (systématiquement condamnées par des résolutions de l'ONU) afin renforcer son poids démographique (18 % de la population pour 34 % du territoire) et turquiser le Nord de l'île. Ainsi, on compte aujourd'hui sur l'île 93 000 colons venus de Turquie.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et Chypre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et Chypre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les montagnes du Troodos (Chypre).
» Chypre 2007 : mise à jour 2012 avec des photos
» [Hotel] ALMYRA PAFOS (Chypre)
» Héliades prépare un eductour géant à Chypre
» Deux papillons et une chenille de Chypre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du site www.grecomania.net consacré à la Grèce :: Régions de Grèce :: Toute la Grèce-
Sauter vers: